Fares Bouyoucef, Co-Fondateur du Centre Algérien de Diplomatie Économique (C.A.D.E.), prend les commandes de la C.A.D.E Academy en Algérie

Interview publiée le 30 Juin 2020

Centre Algérien de Diplomatie Economique : Bonjour M. Bouyoucef, pourriez-vous vous présenter auprès de nos lecteurs ?

Fares Bouyoucef : Je m’appelle Fares Bouyoucef. Je suis Consultant en Intelligence Economique et Management Stratégique. Mon activité s’exerce à travers un cabinet de conseil que j’ai créé, en 2017, et qui a pour dénomination BYC Business Intelligence. Je suis, par ailleurs, l’un des deux cofondateurs du Centre Algérien de Diplomatie Economique.

CADE : Pourriez-vous nous parler de l’aventure du Centre Algérien de Diplomatie Économique (C.A.D.E) ?

Fares Bouyoucef : C’est une aventure qui a débuté, en Septembre 2018, à la suite d’une longue concertation avec mon partenaire. Nos premières réflexions nous ont mené graduellement à déterminer les contours de ce projet et à définir notre périmètre d’activité, qui a bien évidemment évolué avec le temps de manière cohérente. Au départ, cela s’est limité à la création d’un site web (www.algeriancenter.com) pour le partage de contenus à forte valeur ajoutée dans divers domaines tournant autour de la diplomatie et de l’intelligence économiques. La communication, qui est un axe important de notre activité, s’effectue à travers les réseaux sociaux numériques. Cela permet de garder le contact avec nos lecteurs qui sont de plus en plus nombreux à nous lire et à nous suivre. Après une seconde réflexion sur le devenir du C.A.D.E, nous avons décidé que la formation pourrait également être un excellent vecteur de transmission du savoir. Cette seconde étape est le prolongement naturel de ce que nous faisons déjà à travers notre plateforme numérique avec le concours de plusieurs experts, praticiens et académiciens. Ces formations seront délivrées par la C.A.D.E Academy, en Algérie, avec des prestations de qualité sur des thématiques ciblées.

CADE : Vous avez réussi par le biais du C.A.D.E à faire intervenir des acteurs internationaux issus de plusieurs pays qui se sont exprimés à travers des interviews et des articles. Comment avez-vous procédé pour approcher toutes ces personnalités ?

Fares Bouyoucef : La constitution d’un réseau est un art et une science. Il faut savoir que nous disposions déjà d’un réseau relativement important qui s’est développé au gré du temps. En phase initiale, il a fallu faire preuve de persévérance et de détermination mais, au gré du temps, notre réputation s’est élargie et nous a permis d’approcher des profils intéressant le C.A.D.E .

CADE : Dans votre réponse à la deuxième question, vous avez parlé de la création, en Algérie, d’une nouvelle structure, qui a pour appellation : C.A.D.E Academy. Pourriez-vous nous présenter cette entité ainsi que sa vocation ?

Fares Bouyoucef : La C.A.D.E Academy est une émanation du Centre Algérien de Diplomatie Economique. Comme je l’ai dit plus haut, la formation est la suite logique de développement du Centre. Notre désir de transmettre le savoir, comme tout autre organisme de formation d’ailleurs, se matérialise, en Algérie, à travers la C.A.D.E Academy, qui aura pour vocation de former les personnes intéressées par la diplomatie et l’intelligence économiques et toutes les disciplines qui y sont liées.   

CADE : Pour quelles raisons avez-vous créé la C.A.D.E Academy, en Algérie, sous forme de cabinet de conseil et pas en tant qu’association ou que Think Tank ?

Fares Bouyoucef : Sur le plan pratique, créer un cabinet de conseil en Algérie est beaucoup moins compliqué que la création d’un Think Tank. Ayant pour volonté d’être opérationnels assez rapidement, nous avons opté pour cette forme plutôt que la forme associative.

Le Centre Algérien de Diplomatie Economique aura forcément vocation à devenir un Think Tank dans un proche avenir, certainement sous la forme juridique d’une association.

CADE : Quelles seront les activités de la C.A.D.E Academy ?

Fares Bouyoucef : La C.A.D.E Academy aura le fonctionnement d’un cabinet de conseil et de formation classique, comportant trois activités essentielles : Formation – Coaching – Consulting. En plus de ces activités principales, elle organisera des évènements scientifiques (conférences, colloques, séminaires, …), ainsi que d’autres types d’activités qui émergeront tout au long de son cycle de développement.

CADE : Le C.A.D.E prend de l’ampleur aussi bien en Algérie qu’à l’international. Pensez-vous qu’il puisse être un élément clé du soft power Algérien ?

Fares Bouyoucef : Il est vrai que la réputation du Centre Algérien de Diplomatie Economique prend de l’ampleur aussi bien en Algérie qu’à l’international. L’intérêt des publications et la qualité des intervenants lui confèrent une image positive. Les sujets traités intéressent de nombreux acteurs internationaux publics et privés. On peut donc légitimement penser que le C.A.D.E peut jouer un rôle important dans le cadre du soft power algérien.

CADE : Un certain nombre d’acteurs pensent que le C.A.D.E est une institution intégrée à l’Etat algérien, est-ce vrai ?

Fares Bouyoucef : Non, le C.A.D.E est un centre indépendant de réflexion qui a pour objectif de décrypter les rapports de force géo-économiques. Cependant, de futurs partenariats avec des institutions publiques algériennes ne sont pas exclus.

CADE : Quelles seront les prochaines étapes dans l’évolution du C.A.D.E ?

Fares Bouyoucef : L’évolution probable de la C.A.D.E Academy se concrétisera à travers le lancement du Club d’Alger (en cours de création) qui sera constitué d’un groupe d’experts émanant de divers domaines, et qui aura comme principale activité d’entamer des pistes de réflexion utiles au développement structurel de l’Algérie.

Dans un autre registre, un réseau de référents sera développé à l’échelle nationale mais aussi à l’échelle internationale. Le but est de se doter de représentants nationaux et internationaux  liés au C.A.D.E et issus des sphères professionnelle et académique.

Entretien réalisé par l’équipe du Centre Algérien de Diplomatie Économique.

Vous pouvez aussi nous suivre sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 28 =


Email
Facebook
Twitter
LinkedIn